Viande rouge et cancer colorectal : Ce que vous devez savoir

3
Viande rouge

La viande rouge est un de ces aliments qui peuvent être bons ou mauvais, selon votre point de vue. Le cancer colorectal est le troisième type de cancer le plus fréquent. Environ un homme et une femme sur six en sont atteints à un moment donné de leur vie. La viande rouge, c’est-à-dire tout type de muscle de mammifère provenant d’un animal dont la peau est de couleur rouge, semble être l’un des principaux responsables du risque de cancer colorectal. Mais qu’en est-il réellement ?

Viande rouge – Que lui reproche-t-on ?

La viande rouge contient des quantités élevées de fer héminique, qui est important pour la production d’hémoglobine dans les globules rouges. Le fer héminique est plus facilement absorbé que le fer non héminique, mais toutes les sources de fer non héminique ne sont pas égales (nous y reviendrons plus tard). La viande rouge contient également de grandes quantités de graisses saturées susceptibles de faire grimper votre taux de cholestérol. Ces facteurs ont conduit de nombreuses personnes à penser que la consommation de viande rouge augmente le risque de développer un cancer colorectal. Mais cela n’est pas si simple… Examinons de plus près si la viande rouge augmente réellement le risque de cancer colorectal, ainsi que certaines alternatives que vous pourriez envisager…

A voir aussi : Quand s'arrête l'allocation de base ?

Qu’est-ce que le cancer colorectal ?

Rare avant l’âge de 50 ans, le cancer colorectal touche les femmes autant que les hommes. En 2018, plus de 43.000 personnes ont été atteints d’un cancer colorectal en France et plus de 17.000 en sont mortes. Le cancer colorectal se situe au 3ème rang des cancers chez les hommes (2ème cancer le plus mortel) et au 2nd rang chez les femmes (3ème cancer le plus mortel).

Le cancer colorectal est une maladie du gros intestin, la partie du tube digestif située entre l’estomac et l’anus. La plupart des cancers colorectaux commencent dans la partie inférieure du côlon, où les selles et les bactéries nocives sont recueillies. La plupart des gens ne se rendent pas compte que leur côlon a été touché. La coloscopie est le seul moyen de voir la zone affectée. L’American Cancer Society (ACS) estime qu’environ 1 homme sur 6 et 1 femme sur 10 recevront un diagnostic de cancer colorectal au cours de leur vie. Le cancer colorectal est moins fréquent que les cancers du pancréas, de la vessie, du rein et de l’endomètre, mais il est plus mortel. Environ la moitié des personnes diagnostiquées avec un cancer colorectal mourront dans l’année qui suit le diagnostic. Bien entendu, plus le diagnostic est précoce, plus les chances de survie sont importantes.

A lire en complément : Comment dégager les voies respiratoires naturellement ?

Pourquoi la viande rouge peut-elle augmenter le risque de cancer colorectal ?

De nombreuses études montrent que la viande rouge, provenant du bœuf, du veau, de l’agneau, mouton et porc, peut augmenter le risque de cancer colorectal. La viande rouge contient du fer héminique, un type de fer qui est plus facilement absorbé par l’organisme que le fer non héminique. Le fer héminique se trouve dans le sang et les organes des animaux, tels que le foie, les reins et le cœur, tandis que le fer non héminique provient du monde végétal. Les deux types de fer sont importants pour l’absorption de l’oxygène et la production de globules rouges. Le fer héminique est plus facilement absorbé que le fer non héminique. Un certain nombre d’études ont établi un lien entre une consommation élevée de fer héminique et un risque accru de maladies cardiovasculaires, de diabète et d’altération des fonctions cognitives. Il est également prouvé que les personnes qui consomment des quantités élevées de fer héminique ont un risque plus élevé de développer des cancers du foie et du rein.

Viande transformée et teneur en graisses d’une portion de viande rouge

La quantité de graisses et de conservateurs contenue dans une portion de viande rouge transformée peut également jouer un rôle dans l’augmentation du risque de cancer colorectal. Les viandes transformées comprennent le jambon, le bacon, le salami, la charcuterie, les steaks d’aloyau et d’autres viandes tranchées qui ont été salées ou conservées. Les viandes transformées sont riches en sodium, en graisses saturées et en conservateurs, et elles sont également pauvres en fibres et en protéines. Certaines études ont montré que la consommation d’une grande quantité de viande rouge transformée est associée à un risque accru de cancer colorectal. Une vaste étude britannique a révélé que les personnes qui consommaient le plus de viande rouge transformée au moins une fois par jour avaient un risque de cancer colorectal 18 % plus élevé que celles qui en mangeaient moins d’une fois par mois.

Quelle quantité de viande rouge faut-il consommer pour réduire le risque ?

Pour une personne en bonne santé, l’American Cancer Society recommande que la teneur en viande de votre alimentation ne dépasse pas deux portions (200 gr par portion) de viande rouge par semaine. Le fer héminique étant plus facilement absorbé que le fer non héminique, il est important de ne pas exagérer dans la consommation de viande rouge. Par conséquent, les régimes végétariens riches en fruits et légumes sont pauvres en fer héminique et constituent une excellente source de fer non héminique.

Résumé

La viande rouge semble de l’avis des spécialistes un facteur de risque au cancer colorectal. Il est donc recommandé de ne pas en abuser et idéalement de ne pas en consommer plus de 2 fois par semaine.